Happy birthday

Bon anniversaire France évangélisation.


Notre association fête cette année ses 60 ans !

À l’imitation du Psaume 136 nous pourrions lister les bienfaits de Dieu et le peuple répondrait : Oui sa bonté dure éternellement.

Merci au Seigneur pour :
… sa fidélité au cours de ces années…
… sa direction…
… la persévérance de nos ainés…
… toutes réponses à la prière
… toutes les fois ou l’Évangile a été prêché..
… ceux et celles qui se sont tournés vers Dieu…
… sa providence…
… notre développement ces dernières années…
… votre fidélité votre intercession et votre libéralité.
Oui sa bonté dure éternellement.

C’est fondé sur cette fidélité indéfectible de Dieu que nous poursuivons notre mission : proclamer demain. Demain, tant que Christ n’est pas revenu. Demain tant qu’il est en temps.
Merci d’être à nos cotés pour nous accompagner dans notre développement.
`
Soli Deo Gloria !

Alain Stamp, président

Encourageant et … mémorable

La rentée 2013 est marquée par un événement particulièrement encourageant, singulièrement pour tous ceux qui ont prié durant des années avec fidélité, afin que se lèvent de nouveaux évangélistes.


Lors de sa dernière assemblée générale, France évangélisation a intégré quatre nouveaux collaborateurs.

 

Merci Seigneur !

 

 

Quatre d’un coup !

Thomas Hodapp rejoint FE à mi-temps en poursuivant ses études à l’IBN.
Alexis Masson philosophe chrétien et apologète, intègre FE pour une année d’orientation afin de confirmer son ministère en collaboration avec FE.
Jean-Pierre Magréault, évangéliste confirmé au sein des Églises mennonites, rejoint FE avec une mise à disposition de 50% au service de ces Églises.
Paul Monclair, a obtenu une disponibilité de la faculté de Caen, et entre ainsi à FE.

 

Tous les quatre sont désormais au service des Églises en France et en francophonie.
Visitez leur page personnelle sur ce site. Voyez quel est leur apport spécifique. N’hésitez pas à les inviter pour collaborer avec votre Église à l’évangélisation de la France.
Évidement ajouter 4 collaborateurs est un défi ! Défi pour chacun d’eux de se lancer dans le ministère… Un défi financier… Un défi de croissance pour une œuvre comme FE restée longtemps avec un nombre de collaborateur limité.

 

Mais : 

  • Nous comptons sur Dieu qui nous a conduit. « Priez le maître de la moisson… » L’arrivée de nouveaux collaborateurs n’est-elle pas une réponse directe à cette prière ?
  • Nous sommes, vous et nous, responsable à l’exemple de Jésus : « Il nous faut accomplir les oeuvres de celui qui m'a envoyé tant qu'il fait jour; la nuit vient où plus personne ne pourra travailler. » Jean 9 : 4. Qui sait de combien de temps nous disposons ?

Merci pour votre confiance, vos prières, votre soutien… et les invitations que vous allez lancer à ces évangélistes.

 

Alain Stamp président

Et de deux…

Le deuxième livre de Raphaël Anzenberger est sorti !

 

Fruit de dix années d’études de recherches et de l’expérience acquise au travers, entre autre, des projets développés par Raphaël au sein de France Évangélisation comme le R2E, ce livre est vraiment un bel outil.

 

Nous entrevoyons son utilité sur une large échelle. Cet ouvrage sera utilisé comme manuel de référence dans le cadre du Forum des évangélistes (FDE) francophone1. Compte tenu de la multiplication des FDE dans d’autres langues cela appelle dès maintenant des traductions en anglais et espagnol. Félicitations Raphaël !

 

Pour vous mettre en appétit, je vous livre ci-dessous la quatrième de couverture à laquelle j’ai contribué. Précipitez-vous !

 

Alain Stamp

 

Il a donné [...] les autres comme évangélistes. (Éphésiens 4 : 11-12)
Dieu a accordé à l’Église des évangélistes. Quel doit être : leur profil, leur message, leurs qualifications, leur place dans l’Église ? Dans un style direct souvent teinté d’humour, l’auteur clarifie ce ministère méconnu. La première partie pose les fondements théologiques, étayés de nombreux exemples. La seconde partie propose des interviews et des portraits d’évangélistes passionnés et passionnants.
Un livre indispensable, que vous soyez responsable d’Église ou que vous vous interrogiez sur votre don.





 

Avec la participation de : Didier Chastagnier / Jean-Claude Girondin / Pierre Lachat / Rebecca Taylor / Florent Varak / Marc Van de Wouwer / et d'autres et plusieurs collaborateurs de France Évangélisation.

--------------

1« L’évangéliste sous toutes ses formes », et « Multiplier les leaders : le mentorat l’art de l’accompagnement » formaliseront « l’ADN » des FDE dans toutes les langues.

 

Meilleurs vœux pour 2013

 Toujours délicat de savoir ce que nous nous souhaitons les uns aux autres en début d’année ! Nos souhaits reflètent-ils nos véritables aspirations ? Que souhaitons-nous, par dessus-tout, en tant qu’enfants de Dieu ? Connaître et aimer Jésus-Christ davantage ? Certainement. J’espère !

 

Dans ce cas, le meilleur vœu serait cette promesse de Jésus à ses disciples : « C'est pourquoi, ne soyez pas troublés et n'ayez aucune crainte en votre cœur (1) ».

 

Si aimer Jésus, notre Sauveur est véritablement ce à quoi nous aspirons le plus, alors le Saint-Esprit va devoir nous débarrasser de ce qui, dans nos cœurs, constitue un obstacle à cette intimité. Il va intervenir pour susciter une soif de Lui qui surpasse nos attentes naturelles d’une vie cool, confortable, préservée de toute souffrance. Il va devoir nous faire perdre pied pour que nous nous abandonnions véritablement à Jésus. Autrement dit, nous n’allons aimer Jésus davantage qu’au travers du chagrin et du brisement. À l’image de notre Sauveur (2).

 

Certaines prières sont redoutables. « Fais de moi un homme, une femme de Dieu… » Or la formation de l’homme de Dieu passe, comme pour Jésus-Christ, par la souffrance. Mais nous n’intégrons pas, dans notre demande, le creuset par lequel nous serons formés ! « Seigneur, j’aspire à te connaître mieux et t’aimer plus ! » est une demande également dangereuse. J’espère cependant que c’est vraiment votre aspiration profonde. C’est la mienne !

 

Alors prions les uns pour les autres que notre cœur ne se trouble pas, afin que nous puissions faire face aux déceptions, aux épreuves, aux souffrances de la vie, à nos échecs personnels. En cherchant Dieu et Jésus avec plus d’ardeur. Et en restant confiants dans l’œuvre que le Saint-Esprit a commencé dans notre vie.

 

Dieu va nous bénir en 2013. Peut-il en être autrement ? Lui qui n’a point épargné son propre Fils…

 

Alain Stamp

(1) Luc 24 : 38.
(2) Hébreux 5 : 8.

Edito : Sainte confrérie…

Promos R2E 2013 et 2014

Le week-end de rentrée du R2E s’est tenu il y a quelques semaines. Nous avons accueilli la nouvelle promo 2014 et entamé la deuxième année avec la promo 2013.

Equipe encadrement R2E

Dans la réorganisation de notre réseau, nous avons intégré des anciens R2Eiens dans l’équipe d’encadrement : Philippe, Saotra, Raph, Paul. Les jeunes évangélistes ont apprécié l’itinéraire et l’exemple de ceux qui sont passé par le R2E quelques années avant eux. Un plus.  

 

Nous avons depuis le début de ce projet, une coutume au R2E. Nous accueillons les jeunes en leur souhaitant la bienvenue dans la « Sainte confrérie des inaptes, selon l’ordre des mendiants de la grâce ».
Une façon placer Christ au centre de notre vie, de notre ministère et de notre formation.


Cette année j’ai eu l’idée de méditer sur ce thème durant le week-end, en quatre axes :

  • Inaptes à nous sauver nous-même : nous avons besoin de sa mort
  • Inaptes à nous changer nous-même : nous avons besoin de sa grâce
  • Inapte à mener une vie sainte : nous avons besoin d’écouter le Saint –Esprit
  • Inapte à porter du fruit par nous-même : nous avons besoin de sa vie en nous


J’imagine que chaque disciple de Jésus pourrait faire sienne cette dépendance choisie et voulue de Jésus-Christ et de sa grâce.


Pour nous, au R2E, il est essentiel de former des leaders, des évangélistes, avec cet ADN. Les aider à construire leur vie et leur ministère sur Christ pour tout fondement.


Merci pour vos prières pour ces jeunes évangélistes et l’équipe d’encadrement, que Dieu accomplisse ces desseins dans leur vie.


Alain Stamp, président

Quand Dieu répond et confirme

Saotra Rajobelina vient de terminer ses deux années probatoires. Il a été accepté comme évangéliste de FE par l’assemblée générale en juillet dernier. Simultanément Philippe Monnery a été lui, accepté pour deux années probatoires, avec un tutorat académique. Il intégrera FE partir du mois de novembre.

 

Cela nous réjouit pour deux raisons.

 

La première : Dieu suscite de nouveaux évangélistes en France… et à FE. Sachez d’ailleurs que d’autres frappent à la porte. Pour tous ceux qui ont prié, avec fidélité, durant des années, l’arrivée de ces jeunes serviteurs de Dieu est un véritable exaucement de prière. Ce n’est pas la moindre des choses. Sachons lire dans les évènements l’action de la main puissante et fidèle de Dieu qui écoute, agit et manifeste sa grâce illimitée et inconditionnelle.

 

La deuxième est que ces deux jeunes ont bénéficié des « réseaux » mis en place par FE, sous l’impulsion de son secrétaire général Raphaël Anzenberger :

  • Le R2E : le « Réseau des évangélistes étudiants », vient de muter en « Réseau des évangélistes émergents » Quelle différence direz-vous ? Permettre aussi à des jeunes professionnels d’accéder à cette formation. Saotra comme Philippe ont intégré la première promotion du R2E et ont ainsi avancé dans leur vie et leur ministère. D’ailleurs nous venons de sélectionner 10 jeunes qui constitueront la promo 2014 du R2E, avec Florent Varak comme mentor. Détail significatif : ils seront 5 étudiants et 5 professionnels ! Priez pour cette nouvelle volée de jeunes, - ainsi que pour les neuf de la promo 2013- Que Dieu les qualifie et les équipe et qu’ils développent le don reçu de Dieu.
  • Le réseau des Associés. Saotra et Philippe, à l’issue de leurs deux années au R2E ont intégré ce réseau qui rapproche les participants des évangélistes de FE. Ce qui leur offre l’accompagnement et des occasions de collaboration. Saotra et Philippe ont quitté le réseau des Associés pour devenir évangélistes à plein-temps… Et Dieu accorde deux nouveaux Associés : Agnès Baroncini, dont vous avez sans doute lu l’excellent livre d’évangélisation , et Frédéric Chapelle évangéliste belge.


Quelle joie de pouvoir ainsi apprécier l’action de Dieu. Le voir répondre aux prières fidèles de ceux qui ont lutté des années durant pour l’avenir et le développement de FE. Certaines choses changent, bien sûr. Mais puisque Dieu suscite une nouvelle génération d’évangélistes, soyons reconnaissants. Et prêts à les accueillir dans nos cœurs… Comme dans des structures qui favorisent le développement à long terme de leur ministère. Mais ce qui leur sera le plus précieux, est, et restera votre soutien renouvelé dans l’intercession en particulier. Un immense merci de prendre ces jeunes à cœur et de les ajouter sur votre liste d’intercession.


Alain Stamp président

_______________________

1. Mon cancer entre combats et découvertes ED. BLF Europe.
 

Évangéliste : qui et pour quoi faire ?

Dans ma lecture cursive j’ai relevé cette phrase de Paul : Par lui [Jésus-Christ] j’ai reçu la grâce d’être apôtre pour amener en son nom des hommes de toutes nations à lui obéir en croyant (Romains 1:5)

 

Voilà défini en une phrase le ministère de l’évangéliste et son message. Impressionnant ! L’évangéliste est appelé, il a reçu un don une vocation, celle d’amener des âmes à Christ.

 

La deuxième partie de cette phrase m’a interpelé : à lui obéir en croyant.
Quel est vraiment le message de l’Évangile ? Il me semble que dans les décennies passées l’accent a été mis très fortement – trop ?- sur la foi. Nous avons de bonnes références bibliques pour cela ! Celui qui croit sera sauvé… Est-ce tout ? Est-ce juste ?

 

Ce que Paul souligne, en liant l’obéissance et la foi, me semble profondément conforme à ce que Jésus a dit : Allez donc dans le monde entier, faites des disciples parmi tous les peuples baptisez les au nom du père du Fils et du Saint-Esprit et apprenez leur à obéir à tout ce que je vous ai prescrit  (Mat 28:19-20)

 

N’avons nous pas sous estimé que l’évangélisation c’est aussi la formation de disciples ? Nous sommes nous contentés d’une proclamation faisant appel à la foi et trop peu à l’obéissance ?
En Afrique la question se pose : beaucoup de personnes répondent à l’appel qu’on ne retrouve pas dans l’Église. Mais elle se pose aussi en France au Québec. Pourquoi ne voit-on pas plus de personnes s’ajouter ? Devenir disciples et pas seulement « chrétien » ?

 

Sujet de réflexion et d’intercession : que les évangélistes soient constamment conscient de leur appel et, guidés par le Maître de la moisson à amener en son nom des hommes de toutes nations à lui obéir en croyant.

 

Alain STAMP président

Une nouvelle génération

Je vous écris depuis le Québec où le 3eme Forum des Évangélistes vient de se terminer. En janvier dernier le FDE européen s’est tenu en Belgique. Deux événements de haute qualité.
Vous n’ignorez pas que France évangélisation a les FDE très à cœur. Plusieurs de notre équipe sont impliqués.
Raphaël Anzenberger vient d’être reconduit à la présidence du comité international du FDE.

 

Quels enseignements peut-on en tirer ?

  • D’abord la prise en compte et une reconnaissance toute nouvelle accordée aux ministères d’évangélistes. Celles-ci constituent un encouragement très fort pour tous ceux a qui Dieu a confié un don d’évangéliste.
  • L’émergence d’une nouvelle génération : à Québec comme en Belgique le nombre de jeunes participants était hautement significatif. En Belgique la présence des jeunes des différentes promotions du R2E et des « associés de FE » a largement contribué à cette présence.
  • Enfin la prise de conscience de l’importance du mentorat dans l’accompagnement de cette nouvelle génération d’évangélistes. À Québec j’étais invité comme orateur pour la rencontre plénière d’ouverture et Saotra Rajobelina, 29 ans, orateur de la rencontre de clôture et d’envoi. Son message, pertinent, a été très apprécié. Certains des organisateurs québécois du FDE ont souligné qu’un jeune donnant un message des « têtes blanches » étaient une sorte de première pour eux. Mais ils ont également relevé toute la symbolique que représentait le fait que le mentor ait ouvert le FDE et que son protégé l’ait conclu. Ils y ont vu une leçon de choses, une voie à suivre, prenant ainsi la mesure du mentorat. D’ailleurs le numéro d’avril du Journal de FE est consacré à ce sujet.

Priez pour que FE continue d’être bien impliquée de la bonne manière dans l’accompagnement et l’encouragement d’une nouvelle génération d’évangélistes.
Priez pour les prochains FDE, au Burkina Fasso, la première semaine de mai, et Dieu voulant en Martinique en décembre.

 

Et remercions Dieu pour son action au sein de la jeune génération.

 

Alain Stamp Président

Meilleurs vœux pour 2012 !

Ce début d’année est marqué par une certaine incertitude. Je ne peux m’empêcher de penser à Esaïe qui décrit, alors qu’il vivait lui-même une période d’incertitudes, sa vision de Jésus par ces mots :
… je vis le Seigneur siégeant sur un trône très élevé… (Esaïe 6:1)


Il est bon pour nous de nous souvenir que Christ siège sur le trône. Un trône élevé au-dessus de toute autorités. Ainsi il tient en main l’Histoire et notre histoire.
Tout est dans cette réalité profonde de la Seigneurie de Christ qui est notre point de repère en toutes circonstances. Puissions-nous ne pas perdre de vue un seul instant cette certitude spirituelle.

 

Merci pour votre intérêt, pour votre fidélité dans l’intercession tout au long de 2011.

 

Nous sommes reconnaissants à ceux qui ont exercé la libéralité en faveur des évangélistes. Celle-ci exige d’être à l’écoute de Dieu pour pouvoir être dirigé dans l’expression de la générosité.

 

Aux uns et aux autres, nous voulons vous exprimer toute notre reconnaissance.
Que le Maître vous renouvelle et vous encourage en 2012 !
Nos meilleurs vœux de bénédictions en celui qui siège sur un trône très élevé !

 

Alain Stamp président

Une bonne nouvelle ne vient jamais seule

Vient de paraître l’Engagement du Cap. Ce document, résultat des travaux du III ème Congrès de Lausanne sur l’évangélisation du monde. Une profession de foi magnifique, des réflexions pour l’engagement dans l’évangélisation pertinentes et stimulantes.
Raphaël, Saotra, Philippe et moi, qui avons eu le privilège de participer à cet événement, vous encourageons vivement à lire ces textes pour vous-même, comme dans votre Église locale. Ils sont appelés à devenir des textes de référence au même titre de la Déclaration de Lausanne ou de Manille.


Alain Stamp – président

Edito: Heureux événements

Le premier livre d’Emmanuel Maennlein

Après une longue gestation, éléphantesque dirais-je, le premier livre d’Emmanuel vient de sortir aux éditions BLF Europe .
Le titre est clair « Médium, astrologues, guérisseurs, ce qu’ils ne vous disent pas ! » Un thème assez peu abordé et pertinent pour l’évangélisation.
Emmanuel a développé au fil de son ministère une vraie compétence sur le sujet. Les conférences qu’il donne sont très appréciées. Et Dieu confirme régulièrement, par ses interventions dans des vies, la valeur des conseils dispensés par Emmanuel. Vous pourrez le vérifier en lisant ce livre.
C’est aussi un livre à offrir à tous ceux que la question intéresse, croyants ou non.

 

Une nouvelle génération d’auteurs ?

Daniel Coronès prépare un deuxième ouvrage sur les peurs des français. À l’approche du 12/12/2012, ce sujet est particulièrement pertinent. Priez que Daniel puisse aboutir rapidement pour profiter de l’actualité.

Quatre jeunes issus du R2E, dont Saotra, travaillent eux aussi leur premier livre ! Certains depuis quelques temps, une autre commence, et le dernier défini actuellement son concept. L’accompagnement de nouveaux auteurs fait partie intégrante de mon ministère de mentor –et de président de BLF Europe. Merci de prier pour ceux qui se lancent.

Edito: Historique ?

Le séminaire du comité représentatif du CNEF, auquel participent Raphaël et Alain, a planché en septembre sur une vision d’évangélisation pour le CNEF. Celle-ci a été approuvée par l’assemblé plénière il y a quelques jours.

 

Elle s’intitule « L’évangélisation au cœur du CNEF ». Le texte doit encore être affiné, mais les grandes lignes, ci-dessous ont été approuvées à l’unanimité.

  • La proclamation de l’Évangile, au près comme au loin, est au cœur de la mission de l’Église,
  • L’Évangile devient ordinairement visible et compréhensible par la présence de croyants nés de nouveau fonctionnant localement comme un corps en Christ.
  • L’évangélisation ne vise pas seulement de nouvelles conversions, mais aussi la formation de disciples,
  • L’unité de foi exprimée par les textes fondamentaux du CNEF rend possible de belles collaborations entre les membres du CNEF.

Sur cette base, le CNEF propose à ses membres les recommandations suivantes :

  • Faire de la proclamation de l’Évangile ici et maintenant une priorité absolue.
  • Adopter une vision d’évangélisation à la fois volontariste et réaliste qui passe d'abord par l’implantation de nouvelles Églises.
  • Mieux reconnaître et mieux former les ministères d’évangélistes indispensables à la création et à la croissance de l’Église.
  • Promouvoir d’une façon générale la formation biblique et pratique des responsables d’Églises.
  • Se donner la main d’association pour accomplir la mission que le Seigneur a confié à son Église.

La vision volontariste proposée par Commission implantation d’Églises, à laquelle participe Raphaël, s’intitule « 1pour10000 » (implanter une Église évangélique pour dix mille habitants en France).

 

Le CNEF l’a désormais faite sienne et propose à tous les membres du CNEF l’adopter !

 

Historique vous dis-je !

 

Alain STAMP président


Ne manquez pas de visiter le site www.1pour10000.fr

Edito: La fin approche ?

Tsunami au Japon, typhons aux USA, sécheresse en France, révolutions dans de nombreux pays arabes… Pour certains croyants, le retour de Christ est imminent. Sans doute. Je ne suis pas un spécialiste de l’eschatologie. Je n’ai donc aucune prétention.


En revanche en relisant l’évangile de Matthieu, j’ai fait une constatation simple.
Jésus est très précis :


– Faites bien attention que personne ne vous induise en erreur. Car plusieurs viendront sous mon nom en disant : « Je suis le Messie » et ils tromperont beaucoup de gens. Vous entendrez parler de guerres et de menaces de guerres. Attention ! ne vous laissez pas troubler par ces nouvelles, car cela doit arriver, mais ce ne sera pas encore la fin. En effet, on verra se dresser une nation contre une nation, un royaume contre un autre ; il y aura des famines et des tremblements de terre en divers lieux. Mais ce ne seront que les premières douleurs de l'enfantement.

 

Quelques versets plus loin Jésus donne une clé. Il lie son retour à… l’évangélisation !

 

– Cette Bonne Nouvelle du règne de Dieu sera proclamée dans le monde entier pour que tous les peuples en entendent le témoignage. Alors seulement viendra la fin.

 

En grec « peuples » signifie « ethnies ». Sur les 16 500 ethnies répertoriées 6 900 sont considérées comme non-atteintes. Ainsi un humain sur 3 n’a aucune possibilité d’entendre l’Évangile.
Avons-nous un rôle à jouer dans l’avènement de Jésus-Christ ?
En tout état de cause, il nous appartient de ne pas perdre de vue l’urgence extrême de l’annonce de l’Évangile…. Tant qu’il est encore temps ! Alors ne perdons pas courage !


Alain Stamp, président.

 

1. Évangile de Mattieu chapitre 24 versets 4 à 8.
2. Ibid Chapitre 24 verset 14
3. http://www.globalfrontiermissions.org/unreached.html

Edito: « Aimer son prochain : utopie ou réalité ? »

C’est sur ce thème que Luc Ferry – philosophe, écrivain, homme politique, ancien ministre – et Henri Blocher – théologien évangélique – ont débattu lors du 4e Forum Veritas de Nice, le 21 mars dernier (1).

 

Luc Ferry a démontré avec brio la faillite du mariage amoureux et souligné avec conviction notre incapacité à aimer. En tant que modérateur, j’ai rappelé le sujet : « Aimer son prochain : utopie ou réalité ? ». Et Luc Ferry de préciser avec fermeté et en substance : « Je suis au cœur du cœur du sujet en démontrant la faillite du mariage d’amour ! Parce que si nous sommes incapables d’aimer de façon durable et inconditionnelle nos plus proches, nous sommes à plus forte raison incapables d’aimer notre prochain ! »

 

Autant la démonstration de monsieur Ferry était brillante, autant, à bien y réfléchir, elle est pessimiste. Incapable d’aimer notre prochain, un point c’est tout ! La spiritualité laïque telle que la prône Luc Ferry est vraiment sans espoir.

 

Bible à l’appui, Henri Blocher a expliqué, de son coté, que l’homme connecté à Dieu reçoit de son Créateur et par son union avec Jésus-Christ « la force d’aimer », à l’exemple de Martin Luther King. Quel fantastique espoir !

 

Une occasion de plus de vérifier que l’Évangile, dont la pensée occidentale tient tant à s’affranchir, reste un message d’espoir et un projet de vie magnifique.

 

À nous de continuer de témoigner et d’annoncer l’Évangile !

 

Alain Stamp

 

(1) Les Forum Veritas sont organisés par les Groupes Bibliques Universitaires. Les conférences seront visibles sur le site : www.veritasforum.eu/nice.html

Edito: Indignons-nous contre le pessimisme !

 La France sombre dans le catastrophisme et le déclinisme. (…) Les Français sont champions du monde du pessimisme. (…) Cette enquête de BVA, (…) nous place, dans l’ordre du pessimisme, loin devant l’Irak ou l’Afghanistan (tandis que le champion du monde de l’optimisme serait le Vietnam). (…)
L’homme du moment, Stéphane Hessel, nous a fourni une explication. Pour lui, les Français «ont une très haute idée d’eux-mêmes». De là vient leur constante déception vis-à-vis d’une réalité qu’ils ne jugent jamais à la hauteur de ce qu’ils méritent ! En tous cas, qu’il s’agisse des intellectuels qui, désormais, rivalisent de catastrophisme ou bien des responsables politiques de tout bord, tous peignent la réalité aux couleurs du désespoir. Nous n’avons aucune chance de nous en sortir . (1)

 

Évitons des raccourcis trop faciles. Considérons bien les arguments sociologiques, conjoncturels, développés ici. Pourtant force est de constater qu’il y a une dimension spirituelle à cette désespérance. D’autres sources soulignent que les Français ne croient plus aux valeurs de la religion. Qu’ils n’ont plus l’espérance d’un au-delà, qu’ils ne comptent plus que sur eux-mêmes. Ils sont si loin des promesses de l’Évangile (2)  !

 

Pensons à toutes les promesses de la Parole de Dieu qui sont devenues nôtres par la foi et qui fondent notre espérance en Jésus-Christ ! Quel privilège de regarder l’année qui commence avec ces certitudes au fond du coeur.

 

En revanche, que cette année soit pour nous l’occasion de partager notre foi, et pour les évangélistes de bien remplir leur ministère, afin de présenter Christ à ceux qui sont « errants comme un troupeau de brebis sans berger »

 

La meilleure façon de lutter contre le pessimisme !

 

Toute l'équipe de France Évangélisation vous remercie pour votre fidèle intérêt, et vous présente ses meilleurs vœux.

 

Alain Stamp

 

(1) Lisez la suite de cet article de Jean-Marie Colombani sur Slate.fr http://www.slate.fr/story/32303/contre-le-pessimisme-francais-champions-du-monde-indignons-nous consulté le 5/01/11

(2) Gerard Mermet. Francoscopie 2010. Ed. Larousse
 

Edito: Cape Town 2010

Nous étions quatre de France Evangélisation à participer au 3ème congrès mondial sur l’évangélisation du monde issu du mouvement de Lausanne, Philippe Monnery, associé de FE, Saotra Rajaobelina évangéliste, Raphaël Anzenberger secrétaire général et moi-même. Nous avons assisté à un événement unique qui a rassemblé 4000 responsables d’Églises de 235 pays.

 

Ce qui nous a frappés c’est la dimension universelle de l’Église de Jésus-Christ, la « catholicité évangélique », comme diraient A. Nisus ou S. Fath.

 

Cette dimension met en lumière plusieurs aspects :
- L’extraordinaire œuvre de Dieu à travers le monde : fascinante et bouleversante !
- La disparition d’un centre de gravité de l’évangélisme : les intervenants, de grande qualité, étaient africains, asiatiques, sud-américains, australiens, mais aussi américains et européens… 60% des participants venaient des pays dit émergents.
- La disparition d’un certain vedettariat. La parole a été multiple : plus de 40 orateurs ou modérateurs, sans compter les nombreux témoignages.

 

Chaque matin les participants étaient invités à rejoindre leur groupe de table – 6 personnes, petit microcosme de l’Église de Jésus-Christ - pour l’étude d’Éphésiens, la prière, le partage et la réflexion sur le thème du jour. Une extraordinaire occasion d’ouverture et de contact.
Le congrès s’est construit sur l’affirmation de la Vérité du Christ, -Fils éternel de Dieu, Créateur, unique Sauveur en qui toutes choses trouvent leur sens- dans un monde pluraliste et globalisé.
Le thème de l’intégrité a été l’occasion d’un des temps forts : 4000 responsables du monde entier invités à retrouver l’humilité, l’intégrité, la simplicité, tous agenouillés pour un temps de repentance.
La cérémonie de clôture, fantastique culte selon la liturgie Kenyane, avait un véritable avant-goût du ciel !

 

Un seul petit regret : la trop faible place accordée à la francophonie dont le sommet se tenait simultanément à Montreux.

 

La première partie de la « Déclaration de Cape Town » publiée le dernier jour est une déclaration d’amour : « Parce que Dieu nous a aimé le premier…. ». Nous l’aimons, nous aimons Jésus, son Église… et les 638 groupes ethniques de plus de 50 000 personnes qui ne connaissent pas l’Évangile, soit 1/3 de l’humanité ! Ce manque de vision pour l’évangélisation des « non-atteints », qui est aussi le nôtre en France ne peut pas nous laisser indifférents. Car comment croiront-ils, si personne ne leurs prêche l’Evangile ? Quelle est notre part de responsabilité à nous, France Evangélisation… sujet à méditer.

 

Alain Stamp

Bienvenue !

Comme moi vous priez pour que Dieu envoie des ouvriers dans la moisson. France Evangélisation prie depuis de nombreuses années pour qu'Il suscite de nouveaux évangélistes. Plusieurs projets on été mis en place les dernières années - R2E, Associés de FE - pour encourager et soutenir des vocations.Début septembre, vous allez découvrir le visage des participants de la 5e promotion du R2E. Près de 50 jeunes évangélistes encouragés dans la compréhension de l'appel de Dieu pour leur vie. Deux nouveaux évangélistes viennent de rejoindre les "associés de FE". 


Ainsi Dieu répond à vos prières, aux nôtres et multiplie les ouvriers ! Quel encouragement ! Quelle joie ! Quelle fidélité que celle de notre divin Maître.


Et voilà qu'un nouvel évangéliste rejoint les quatre mousquetaires : Saotra Rajaobelina. Saotra a fait partie de la première promotion du R2E, puis il est devenu associé de FE... et à partir du 1er septembre, il devient évangéliste à mi-temps avec FE. Il aura un ministère régional et collaborera avec les Églises de Rennes-Sud et de Saint-Brieuc. Il soutiendra un projet d'évangélisation des étudiants étrangers sur Nantes. Vous en découvrirez plus dans le prochain journal de FE.


Bienvenue Saotra dans la grande famille de France Evangélisation ! Notre nouvel évangéliste a besoin de vous : du soutien de vos prières et de votre libéralité. Et à Saotra, je dirais en reprenant les paroles de Paul : "Veille sur le ministère que tu as reçu dans l'oeuvre de Dieu, pour bien l'accomplir". ( Col 4 : 17)

 

Alain Stamp

La Naissance du CNEF

Le Conseil National des Évangéliques de France (CNEF) a vu le jour le 15 juin dernier. Il rassemble 75 % des évangéliques. Soulignons brièvement deux choses :

 

D'abord nous ignorons pour la plupart que, comme l’écrit si justement Jacques Blocher, « La légitimité de cette institution toute nouvelle est d’autant plus forte que l’idée en apparaît ancienne comme le monde évangélique. Il faut voir le CNEF comme un exaucement de très long terme. Toutes les unions ou fédérations apparues au XIXe siècle avaient espéré rassembler largement autour d’elles sans finalement y parvenir. […] Pensons donc au CNEF avec un sentiment de reconnaissance lesté du poids de l’histoire ! Qu’on nous permette de voir en lui – un siècle après – l’héritier du Réveil gallois, dont tous les courants et pôles du CNEF peuvent se réclamer ! (2) »

 

Ensuite, lors de cette AG les intervenants des différents pôles qui constituent le CNEF ont appelé de leurs vœux le CNEF à donner une impulsion bénéfique et profonde pour l’évangélisation de la France et l'implantation d'églises.


Je crois personnellement que cette contribution a déjà commencé… on ne peut que s'en réjouir.

 

Alain Stamp

 

Membre du comité représentatif du CNEF
Président France Evangélisation

 

(1) Lisez ici la déclaration finale de l'Ag constitutive du CNEF.

(2) Jacques E. Blocher, in Les cahiers de l’Institut Biblique de Nogent, n° 148, juin 2010, p. 13.

 

Un enjeu majeur pour la France

Lundi 22 mars. Palais de l’étudiant à Strasbourg. 3e soirée du Forum Veritas. Un universitaire, philosophe athée, dialogue avec un théologien évangélique. Un public attentif et nombreux pose des questions. Une formidable opportunité de vivre cette laïcité intelligente que beaucoup appellent de leurs vœux.

 

Mardi 24 mars. Le président de la République, tirant les leçons des élections régionales, annonce qu’un projet de loi interdisant le port du voile intégral sera déposé au Parlement avant juin.

 

Sans prendre part au débat, quelques questions. 

  • Que penser du principe selon lequel « la tolérance est la même pour tous ou elle n’est pas ! » ?
  • Assistons-nous à une montée de l’islamophobie en France ? Lisez à ce propos les excellentes réflexions de Sébastien Fath (1) .
  • « Les politiques auraient-ils tendance à toujours dramatiser les questions de religion ? » C’est l’opinion de 64 % de français interrogés lors d’un sondage (2).

La question de la laïcité reste une question clé en France et un vrai sujet de prière – selon 1 Timothée 2 : 2 :
« Que l’on prie pour les rois et pour tous ceux qui sont au pouvoir, afin que nous puissions mener, à l’abri de toute violence et dans la paix, une vie qui exprime, dans tous ses aspects, notre attachement à Dieu… »

 

D’autant qu’un récent sondage révèle que si la proportion des Français qui possèdent une Bible a baissé de 5 points par rapport à 2001, le nombre de ceux qui la lisent régulièrement augmente (6 points) (3) . Un réel espoir !

 

Alain Stamp

 

 


(1) http://blogdesebastienfath.hautetfort.com/archive/2010/02/19/2009-2010-un-vent-d-islamophobie-sur-la-france.html#more consulté le 29/03/2010.
(2) http://www.metrofrance.com/info/le-triomphe-de-la-diversite/pjbg!6pz2Ns6K@tWbNd7GexN78w/ consulté le 29/03/10.
(3) http://www.ipsos.fr/CanalIpsos/articles/2988.asp?rubId=21 consulté le 29/03/10.

La France a mauvaise réputation...

Celle d’être une terre dure, fermée pour l’Évangile.
 

Pourtant il faut bien reconnaître que les Églises protestantes évangéliques se sont multipliées de façon très encourageante dans les 30 dernières années. Au rythme moyen d’une église tous les 11 jours !
Dans une rencontre missionnaire quelqu’un à posé la question : “Les Français sont-ils fermés à l’Évangile ou ont-ils du mal à comprendre, à saisir ce que nous tentons de leur dire ?” Bonne question, même si notre message présente l’Evangile, le comprennent-ils ? Compte tenu notamment de leur arrière-plan religieux, selon lequel avoir une religion ou être baptisé suffit ou social qui veut que la religion soit une affaire privée et que chacun croit ce qu’il veut.


En réponse il a été suggéré que certaines méthodes d’évangélisation ne portaient pas le fruit attendu parce que nos contemporains ne comprennent pas notre message. Parce qu’ils ont besoin de voir l’Évangile traduit en actes, l’Évangile incarné. Incarné en nous, disciples de Jésus, qui constituons l’Église.
Les prophètes ont souvent incarné leur propre message. Jésus a incarné la sagesse, la puissance et l’amour de Dieu. Offrons-nous à nos collègues, nos amis, nos familles, des occasions concrètes de voir Christ vivre en nous ? Le voient-ils faire la « différence » dans nos vies, dans nos Eglises ou avons-nous seulement un « message » à leur transmettre ?
 

Saotra, évangéliste associé de FE, va régulièrement jouer au foot avec des jeunes dans un quartier sensible de la grande ville ou il habite. Pour incarner les valeurs de l’Évangile… en jouant au foot ! Il peut ensuite parler. Trop simple diriez-vous?


Faisons en sorte que Christ soit visible dans chacune de nos vies, dans notre Eglise.
 

Alain Stamp

Nouvelles de Janvier 2010

Bonne année…


… en attendant 2012. Plus que deux occasions de se souhaiter une bonne année… avant la date fatidique ! 2012, phénomène planétaire, en particulier sur l’Internet, qui fascine singulièrement les ados, se construit comme les différentes thèses conspirationistes. Sur l’idée que « forcement on nous cache quelque chose ! » La bande annonce du film éponyme fait même appel à la Bible. Elle détiendrait, tout comme le calendrier Maya, l’information suprême : la date de la fin du monde !


Lecteurs de la Bible, nous savons que Jésus a été clair : « Quant au jour et à l’heure où cela se produira, personne ne les connaît, ni les anges du ciel, ni même le Fils ; personne, sauf le Père, et lui seul ».
Mais voilà ! Nos contemporains sont en mal de réponses, de certitudes, de perspectives d’avenir, souvent en recherche, bien plus qu’on ne veut bien le dire. Cette pensée en creux est propice au témoignage vivant de l’Évangile de Jésus-Christ.


Finalement en évangéliste, j’aurais envie de dire : bonne année à l’évangélisation. Bonne année à notre témoignage personnel incarné, à la gloire de Jésus-Christ. Bonne année à toutes les idées qui permettront de rejoindre nos concitoyens dans leurs questions, leurs préoccupations, leurs recherches. Bonne année à ceux qui brûlent de voir progresser le Royaume de Dieu. Bonne année à toutes les concertations inter-dénominationelles qui vont promouvoir la Bonne Nouvelle. Puisque nos contemporains pensent qu’on leur cache quelque chose : soyons témoins de la Vérité… jusqu’au retour de Jésus-Christ. Nous n’avons rien à cacher, eux ont tout à découvrir !

 

Vous le voyez, pour répondre à l’ignorance de nos concitoyens la tache des évangélistes, des associés, de membres du R2E est immense. Merci pour votre soutien, vos prières et votre intérêt pour leur ministère.
Avec eux je vous souhaite des fêtes de fin d’année bénies dans la connaissance et la présence de Jésus… qui revient bientôt.


Alain Stamp président

 

Besoin de réforme ou d’un réveil ?

« Qu’importe les mots que vous employez, a dit Pascal, pourvu que vous me disiez le sens que vous leur donnez » Qu’évoque généralement les mots Réforme et Réveil ?

 

Le mot Réforme fait penser à l’œuvre importante mais lointaine de Luther et Calvin, au XVIème siècle. Il fait aussi penser à un certain nombre de formes, de tradition ou de pratiques anciennes ? Et enfin à un certain style, un peu vieillot mais sécurisant. Quant au Réveil, il renvoie l’image d’un renouveau plus ou moins extraordinaire de ferveur et de foi, plutôt lié à des temps révolus ou à des contrées éloignées. ; à des conversions en grand nombre. Pour d’autres, des messages trop simples, sur le mode émotionnel, avec des risques de dérapage ou de débordement. Ainsi il n’existe pas de termes plus éloignés l’un de l’autre que Réforme et Réveil, qui semblent même menaçants l’un pour l’autre !

 

Pourtant, il n’y a pas de réforme possible dans la vie d’une personne ou dans l’Eglise, sans réveil : réveil des consciences, réveil des intelligences, réveil des volontés ! Et il n’y a pas de réveil qui puisse demeurer sans réformes, c’est à dire sans que, Dieu étant placé en premier, toutes choses soient ébranlées pour trouver leur juste place.

 

En effet, il y a réforme si la Parole de Dieu est reçue comme ayant autorité. Mais c’est le cas aussi pour les réveils. Il y a réveil quand l’Esprit révèle la seigneurie de Jésus-Christ. La repentance est la clé des réformes, c’est aussi la clé des réveils. C’est pourquoi toute réforme coûte ; et tout réveil aussi car la repentance implique une démarche de l’intelligence, des sentiments et de la volonté qui, confrontés à la Parole ou à l’évocation de ce que Jésus-Christ a fait sur la croix, obéissent à l’action de l’Esprit. C’est ce qu’à vécu le roi David : « Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, je gémissais jour et nuit car ta main s’appesantissait sur moi. Mais je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité, j’ai dit, j’avouerai mes transgressions à l’Eternel, et tu as effacé la peine de mon péché ». Ps.32.

 

C’est pourquoi Réforme et réveil produisent, l’un comme l’autre, un fruit qui glorifie le Seigneur. L’apôtre Paul se défendant devant le roi Agrippa, dit : « je n’ai pas résisté à la vision célèste, à ceux de Damas d’abord, puis à Jérusalem, dans toute la Judée, et chez les paëns j’ai prêché la repentance et la conversion à Dieu, avec la pratique d’œuvres dignes de la repentance » Act.26 :20. Enfin, réforme est réveil ne sont pas accueillis sans prières persévérantes. Celles-ci témoignent concrètement un retour à la vie normale de la foi ; celle du chrétien et celle de l’Eglise. Et cette vie normale de la foi réside dans la recherche de la présence du Seigneur que la prière favorise tellement. C’est ce que Jésus semble vouloir montrer lorsque, après être entré dans le Temple, à Jérusalem, il fabrique un fouet, et renverse les tables des changeurs et des marchands en s’écriant : « ma maison sera appelée une maison de prière et vous, vous en faite une caverne de voleur » Mat.21 :12ss. Jésus cite le prophète Esaïe qui exhortait alors le peuple à se réformer et à se réveiller ; « observez ce qui est droit, et pratiquez ce qui est juste ; car mon salut ne tardera pas à venir, et ma justice à se manifester. Heureux l’homme qui fait cela… je les amènerai sur ma montagne sainte, ; et je les réjouirai dans ma maison de prière ; les holocaustes et leurs sacrifices seront agréés sur mon autel ; car ma maison sera appelée une maison de prière, pour tous les peuples » Es.56.

 

En citant le prophète, Jésus réveille les consciences endormies de ceux de sa génération et rétablit sa vraie place et sa vraie fonction qu’est la maison de Dieu. Par cet acte d’autorité et de sainte colère, ne nous invite t-il pas à réformer la manière de vivre notre vie chrétienne bien trop souvent encombrée de beaucoup de choses inutiles et qui prennent la place du Seigneur ? « Si mon peuple… s’humilie, prie et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché et je guérirai son pays » 2 Chro.7 :14.

 

En réalité, toute réforme, petite ou grande, accomplie par des hommes, est précédée d’une illumination de la conscience du cœur, dont Paul parle : « j’espère que dans vos consciences vous vous connaissez », et d’une vision donnée par Dieu de sa sainteté, du péché, de la grâce.

 

Un réveil est le résultat de l’action puissance de l’Esprit qui dépend de la seule grâce de Dieu. C’est aussi l’obéissance à un commandement : « réveille-toi, toi qui dors » Eph.5 :14.

 

Réforme est réveil ont en commun l’attachement au double, mais unique, témoignage de l’Ecriture et de l’Esprit qui donne la Vie. Ecriture sainte et Saint-Esprit sont toujours d’accord ! Pourquoi la part de l’une ou la part de l’autre devrait-elle être réduite ? Le sola scriptura (l’Ecriture seule) de la Réforme n’est pas un refus de l’action de l’Esprit. C’est l’affirmation du contrôle par l’Ecriture. C’est pourquoi la théologie est nécessaire aux réveils. Mais les réveils sont nécessaires à la théologie sinon il y a mainmise, ou simple théorie. Or la vie chrétienne n’est ni une théorie ni un idéal. C’est une expérience, basée et motivée par l’amour porté à Jésus-Christ, conforme à une Parole.

 

C’est pourquoi, « la combinaison d’une réforme et d’un réveil, écrit Francis Schaeffer, serait révolutionnaire à notre époque. Révolutionnaire pour nos vies personnelles de chrétiens et révolutionnaire pour l’Eglise » (la mort dans la citée, 1979). Si, après les brigadiers du Réveil de la Drome (1923-1938) nous pouvons proclamer : Dieu n’a pas changé ! alors nous montrerons que nous pouvons être à la fois « les plus conservateurs et les plus révolutionnaires des hommes » (Pierre Courthial).

 

Alors Dieu accomplira, dans notre vie et par débordement dans son Eglise mais aussi dans le monde qui nous entoure, toutes ses promesses. Nous pourrons alors être les témoins de ses œuvres étonnantes : celles d’autrefois et celles d’aujourd’hui. Car il est Vivant !

 

Frédéric Travier (adaptation d’un article du pasteur Charles Nicolas)

Nouvelles du FDE 2009 !

Forum des Evangélistes en janvier dernier à St-Légier (CH)… 160 participants, suisses, belges, québécois et français (dont Fernand Legrand, à droite sur la photo qui pose avec Manu) ! Thème : « L’évangéliste don pour l’église locale ? »

 

Nous reviendrons sur les réponses à cette question apportées par Jacques Buchold, qui donnent un solide fondement théologique au ministère de l’évangéliste dans l’Eglise. Vous pouvez les écouter sur le site du forum ou sur notre site dans la rubrique Penser.

 

France Evangélisation est largement impliquée dans cet événement, au travers des évangélistes, du secrétaire-général et du président de FE. le FDE se multipliera en 2010 avec un FDE à Lyon, du 15 au 17 janvier et un au Québec du 26 au 28 mars !


Permettez-moi de vous poser quelques questions. A la volée comme l’on dit :

  • Qui connaissez vous comme évangéliste… dans le passé… aujourd’hui ?
  • Qui connaissez-vous comme évangéliste…. dans votre église ?
  • Pensez-vous que votre église puisse se développer sans l’aide ou la participation d’un évangéliste ?
  • Pensez-vous que tout le monde soit évangéliste ?
  • Etes-vous évangéliste vous-même ?
  • Combien de personnes nouvelles ont intégré votre église dans les derniers mois ?
  • Y a-t-il une église pour 10 000 habitants dans votre ville ?

 

Beaucoup d’églises et de chrétiens s’interrogent sur l’évangélisation et le ministère d’évangéliste, sur la véritable mission de l’Eglise dans le plan de Dieu pour l’humanité.

 

Et ils ont raison !

 

[Dieu] nous a donné le ministère de la réconciliation.[…] Il a mis en nous la parole de la réconciliation. (2 Corinthiens 5:18-19)

 

Quel ministère, quelle mission !

 

Alain Stamp

Bonne année 2009 à chacun !

« …un pays dont l’Éternel, ton Dieu, prend soin et sur lequel l’Éternel, ton Dieu, a continuellement les yeux, du commencement à la fin de l’année. » (Deut. 11.12)


En reprenant cette proclamation de Moïse je pense à l’année qui commence. Nous avons le bonheur de vivre dans un pays où nous sommes libres, même si parfois nous aimerions un peu plus de liberté dans l’expression de notre foi. Alors ne négligeons pas ce regard de DIEU sur nous et nos activités « du commencement à la fin de l’année ». Notre confiance et notre action ne seront que plus efficaces si nous agissons selon Son plan. Lui a continuellement les yeux sur le monde avec des yeux d’amour et de compassion. Soyons toujours à Son écoute afin d’accomplir ce qu’Il a préparé pour nous. Soyons aussi au côté des évangélistes, les soutenant quotidiennement dans leur tâche.


Nous vous avions annoncé une refonte du site Internet, il y a un certain retard ! Je pense que ce message sera le dernier que j’aurai le plaisir de vous transmettre, le prochain, sous une nouvelle présentation, vous sera adressé par la nouvelle équipe.

 

Albert Despujols


Adipso

Site Internet créé par
l'agence web Adipso
localisée à Strasbourg, Alsace

www.adipso.com