L'apologétique, l'évangélisation en amont...

Début novembre, je me baladais dans les rues d’un petit village des Hautes-Pyrénées avec un groupe d’étudiants du GBU. Notre mission était d’aller à la rencontre des habitants de cette vallée, munis d’un sondage fait maison pour faciliter et agrémenter les conversations. Parmi la liste de questions posées figurait la suivante : « Si vous aviez une question à poser à Dieu, quelle serait-elle ? ». Neuf réponses sur dix collectées traitaient de la question du mal, par exemple, « Si Dieu existe, pourquoi autant de souffrance dans le monde ? » ou « pourquoi Dieu ne fait rien face au mal ? ».

 

Deux constats s’imposent ici. Le premier, c’est que les Français veulent encore parler de Dieu, même si notre société tente de repousser la question de la croyance au niveau de la sphère privée. Ceci est une bonne nouvelle pour l’Église. Le deuxième, c’est que 90% des objections que les gens ont vis-à-vis de Dieu sont d’ordre moral, c'est-à-dire déguisées sous une forme de « Dieu, si Tu existes, il serait bon que Tu t’intéresses un peu plus à ce qui se passe là en bas, en particulier, dans ma vie ». Ceci aussi est une bonne nouvelle pour l’Église, à condition que celle-ci soit prête à répondre avec sagesse, amour et discernement à ces questions existentielles, offrant ainsi une sorte d’apologétique de la pensée et du cœur, emprunte d’amour pastoral.

 

L'apologétique, c'est quoi ?

Dans la préface du livre La Bible et la Science du Dr. Vernet, André Lamorte, fondateur de France Évangélisation, définit l’apologétique comme suit : « elle se conçoit comme la mise au service de la théologie des sciences humaines pour la défense des doctrines chrétiennes ». Autrement dit, cette discipline académique a pour vocation de défendre la foi chrétienne contre les attaques d’un monde hostile à l’évangile. Prise dans cette dimension, cette définition reflète l’aspect défensif de la chose. Mais cela ne doit pas occulter le fait que cette discipline contient également un aspect offensif, à savoir celui d’aller au devant des questions et d’offrir une explication pertinente des questions de la vie, avant même que celles-ci parviennent aux oreilles des Chrétiens. A la définition du Dr. Lamorte pourrait s’ajouter la suivante, proposée par Dr. Zacharias : « l’apologétique, c’est opérer une franche taille dans les buissons du doute pour que le sceptique ait une bonne vue sur la croix de Jésus Christ ».

 


Ainsi, l’église France Mission de Rennes a souhaité traiter de la question de « Si Dieu existe, pourquoi le mal ? » lors de son culte dominicale fin novembre. Pour cela, elle a fait appel à France Évangélisation, et ensemble, nous avons construit le culte pour amener le sujet. Au préalable, l’église a reçu une formation sur l’apologétique au travers de l’excellent outil « Passerelles » de notre frère David Brown. 180 personnes ont fait le déplacement aux deux cultes du dimanche pour entendre ce que Dieu avait à dire au travers de Sa parole pour expliquer cette « injustifiable réalité », comme le qualifie Henri Blocher. Après la prédication de la Parole, plusieurs personnes ont souhaité répondre à l’appel à la conversion, signe que les Français ont encore aujourd’hui soif de Dieu dans leur vie. Plusieurs personnes ont aussi souhaité renouveler leur espérance en Dieu au milieu de leur souffrance. Dans l’après-midi, nous avons organisé une foire aux questions ouverte à tous ceux qui avaient encore des doutes ou des questions sur la foi Chrétienne. Là encore, une dizaine de personne avaient fait le déplacement pour échanger autour de la Parole de Dieu sur des sujets aussi divers et variés que le salut de ceux qui n’ont jamais entendu parler de l’évangile, la question de la prédestination, la validité des Écrits bibliques, ou encore la question de la contextualisation de l’évangile au sein d’une tradition ethnique.

 


Dans la première épître de Pierre, nous lisons au chapitre trois l’exhortation suivante : « Sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur ; soyez toujours prêts à vous défendre [apologia] contre quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous : mais faites-le avec douceur et crainte, en ayant une bonne conscience… » (1 Pierre 3.15-16). De cette recommandation, trois principes surgissent quant à la pratique de l’apologétique.

 

Une vie de sanctification

Tout d’abord, l’apologétique s’inscrit et ne peut s’inscrire que dans une vie de sanctification. Le cœur auquel se réfère Pierre est le siège non seulement de nos émotions, mais aussi de nos pensées. Autrement dit, tout mon être doit se soumettre à l’autorité de Christ comme Seigneur. Ceci est la condition sine qua none de l’apologétique. En effet, si le verset laisse entendre que ceux du dehors nous « demande raison de l’espérance » que nous portons au-dedans, cela n’implique-t-il pas que nos paroles et nos actions soient à contre courant ? Le premier évangile que les gens lisent n’ait-il pas celui inscrit dans nos vies ?

 

Une discipline spirituelle

Le deuxième principe qui surgit est la nécessité d’être « toujours prêt » à nous défendre. Autrement dit, Pierre nous exhorte à nous confronter nous même aux questions que se posent nos contemporains, et à ne pas les éviter. Il serait intéressant de mener une petite enquête auprès de nos proches pour savoir quelles sont leurs interrogations face à Dieu. Mais le ferons-nous ? Prendrons nous le temps de rencontrer notre prochain dans ses tourmentes et ses souffrances ? Prendrons-nous le temps de nous former pour répondre aux questions du cœur et de la pensée ? France Évangélisation est là pour équiper les ouvriers de la moisson dans cette tâche extraordinaire qui nous est confiée, de porter l’évangile à un monde sourd.

 

Une attitude exemplaire

Enfin, Pierre nous invite à toujours mêler « douceur et crainte » à notre apologétique, afin de garder « bonne conscience ». « Douceur », car bien souvent la question posée n’est pas la vrai question. Notre pasteur aime toujours à dire : « derrière chaque question se cache une souffrance ». Il est alors impératif de discerner quelles sont les motivations cachées, et si besoin est, de passer d’un mode d’apologète à un mode pastoral pour marcher avec la personne dans sa souffrance. Comme le dit si bien l’apôtre Paul, « Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père compatissant et le Dieu de toute consolation, lui qui console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation que nous recevons nous-mêmes de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans toute sorte d’afflictions ! » (2 Cor 1.3-4). Et enfin « crainte » car la tâche qui nous est confiée nous dépasse. Avec mes collègues de France Évangélisation, nous avons décidé de former une confrérie, baptisée : « la Sainte Confrérie des Inaptes » dont je suis le très fier premier secrétaire général. Tout cela pour garder à l’esprit que Dieu agit dans notre inaptitude (2 Cor 3.4-5). Avis aux lecteurs, cette confrérie est ouverte à tous ceux et celles qui veulent admettre leur inaptitude à mener le ministère qui leur est confié avec leur propre force, vous êtes les bienvenus.

 


Nos contemporains ont des questions à poser à Dieu, saurons nous y répondre ? La Parole de Dieu est toujours d’actualité, et elle contient les réponses aux cris de nos cœurs. Qui se lèvera pour leur annoncer la Bonne Nouvelle ? Origène, Père de l’Église, écrivait dans son commentaire sur le Psaume 36 : « Tous ceux par la bouche desquels Christ parle, c'est-à-dire tout homme intègre et tout prédicateur qui annonce la parole de Dieu pour conduire les hommes au salut - et pas seulement les apôtres ou les prophètes - tous peuvent être appelés 'flèches de Dieu'. Malheureusement, je n'en vois pas beaucoup. Ils sont rares, ceux dont la parole parvient à enflammer le coeur de l'auditeur, à l'arracher à son péché et à le convaincre de se repentir. Ils sont peu nombreux à toucher profondément les coeurs et remplir les yeux de larmes de contrition. Il n'y en a pas beaucoup qui savent réellement dévoiler la lumière de l'espérance future, la splendeur du ciel et la gloire du royaume de Dieu au point de persuader les hommes de mépriser le visible et de rechercher l'invisible, de dédaigner le temporel et de s'attacher à l'éternel. Il y a trop peu de prédicateurs de cette envergure ! ». L’appel est lancé, qui se joindra au carquois du Seigneur ?

 

Raphaël Anzenberger

 

Ressources sur internet

  • questionsuivante.fr : questionsuivante.fr est un site Internet qui a pour but d’enrichir la réflexion des étudiants francophones sur les questions existentielles. Il propose à chacun la possibilité de se forger une opinion éclairée sur la foi chrétienne et sur la Bible
     
  • atoi2voir.com : Atoi2voir.com (a toi de voir), site tout public, est géré par l'association protestante Agapé France(*). Le site cherche à répondre aux questions importantes de la vie, d’une façon réfléchie et équilibrée, tout en s'interrogeant sur une foi vécue comme une relation vivante avec un Dieu d’amour...
     
  • http://www.raisonsdecroire.org : Site d’apologétique chrétienne

 


Adipso

Site Internet créé par
l'agence web Adipso
localisée à Strasbourg, Alsace

www.adipso.com